film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Kitâb al-isfâr: Book of the Journey
© Baba Hillman
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Baba Hillman

IMAGE

Baba Hillman

SON

Baba Hillman

MONTAGE

Baba Hillman

PRODUCTION / DIFFUSION

Baba Hillman

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Baba Hillman

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • France | 2020 | 58 minutes | 16 mm & 8 mm
  • Un film de Baba Hillman

""Que reste-t-il des émotions, des rêves, des désirs, quand on disparaît ?" Ainsi s’ouvre le film, phrase inscrite sur un ressac silencieux en contrejour. Ces mots irrigueront la quête et son parcours. Voyage, tout à la fois réel et intérieur, avec pour origine une expérience de la mort qui a ébranlé la cinéaste Baba Hillman il y a près de 40 ans, à l’occasion d’un accident de voiture, en route vers Malaga. Comment accueillir les visions de ce sursaut catastrophique, comment se saisir du bouleversement qui en a découlé et de l’expérience mystique qui s’en est immédiatement suivie ? Le film avance pas à pas, journal des questionnements qui se déplient selon des rencontres, en Espagne, puis, par rebonds, menant de Paris à la Norvège, des États-Unis à l’Ecosse, lieux évoqués par éclats soulignés par la sensualité du 8 et du 16 mm. S’y ajoutent des bribes de voix, celle de Denis Gril, penseur de la mystique soufie, ou bien celle de l’artiste Mary Bauermeister. Le parti pris de cette quête spirituelle est celui de l’incomplétude, assemblage de fragments épars, qui entrent en résonance, bégaiements d’une pensée à la recherche d’elle-même. Cet entre-deux fragile et lacunaire joue des écarts et des abimes dans l’en-deçà des mots, ponctué d’images rendues à leur silence ou d’écrans noirs, comme autant de trouées et autant de seuils. Ce geste à l’inquiétude généreuse offre un film composé comme un poème, nourri des mots du maître de la mystique soufie, le poète et philosophe Ibn ‘Arabi, auteur de Kitab al-Isfar : le Livre du dévoilement, selon qui "le voyage n’a de vrai sens que s’il apporte un nouveau départ. En voyage, le cœur devient le but du voyage.""
(N.F. - FIDMarseille)

"“What is there left of emotions, dreams, desires when we are gone?” The film opens with this sentence, written over a silent backwash, against the light. These words are to irrigate the quest and its journey. At once a real and an inner voyage, stemming from an experience with death that shook director Baba Hillman to the core almost forty years ago, on a car crash, on the way to Malaga. How can one embrace the visions of such a catastrophic jolt, how can one express the upheaval and the mystical experience that followed? The film progresses step by step, like a diary of questions raised by encounters, first in Spain, then bouncing from Paris to Norway, from the United States to Scotland, places that are brought up in bits and pieces, highlighted by the sensuality of 8 and 16 mm. Added to that are snatches of voices, that of Denis Gril, a specialist of Sufi mysticism, or that of artist Mary Bauermeister. The perspective of this spiritual quest is that of incompleteness, a gathering of scattered fragments, resonating with each other, like a stammering thought in search of itself. This fragile and patchy interval plays with gaps and chasms in the undercurrent of words, punctuated with images that have been returned to their silence or with black screens, as so many breaches and thresholds. This generously worried gesture offers a film composed like a poem, inspired by the words of master of Sufi mysticism, poet and philosopher Ibn ‘Arabi, the author of Kitab al-Isfar: The Secrets of Voyaging, who wrote that “voyaging only makes sense when it brings a new beginning. When voyaging, the heart becomes the aim of the journey.”
(N.F. - FIDMarseille)

Distinctions