film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
La Buissonnière - Un été dans la France entière
© La France entière
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Distributeur(s) :

    La France entière

  • Visionner sur

    Tënk

  • Vidéothèque permanente, gérée par la Maison du documentaire, accessible sur place ou à distance et réservée exclusivement aux professionnels de l’audiovisuel.
    En savoir plus
  • Depuis ses origines en 1978, le fonds Images de la culture, géré directement par le CNC depuis 1996, constitue un outil privilégié pour la diffusion de la culture audiovisuelle en France. Le catalogue totalise aujourd’hui plus de 2700 œuvres documentaires.

    + Images de la Culture

Deux jeunes hommes, au volant d’une voiture, sillonnent la campagne française à la faveur de l’été. À la recherche de l’idéal, ils nous entraînent ici et là, dans un champ de pavots la nuit, dans une fête alcoolisée d’un village, devant un camion pizzeria, sur la plage, dans un repas de famille, et ainsi de suite, sans que cela dessine une géographie définie, et sans que cela construise un semblant de certitude. C’est qu’ils sont en réalité le prétexte à la caméra de Jean-Baptiste Alazard, pour ce premier long métrage virtuose, pour emprunter elle aussi les sentiers de traverse de l’école buissonnière du cinéma. Ces deux écoliers de la vie au grand air deviennent le moteur et le motif d’une traversée qui est avant tout l’exploration des possibilités de la fabrique d’images, une fois celle-ci affranchie des devoirs narratifs, des punitions psychologiques et des retenues des repérages. Ici, la soif de filmer est manifeste, c’est celle de filer devant, de tirer parti des ombres et des lumières, des lignes suggérées par tout ce qui s’offre à voir. (Jean-Pierre Rehm, FID 2013)

Two young men criss-cross the French countryside in a car during the summer. In search of an ideal, they take us here and there (a poppy field at night, a boozy village party, a pizza van, a beach, a family meal, and so on) without describing a defined geography, and without constructing a semblance of certainty. In fact they are a pretext for Jean-Baptiste Alazard’s camera, in this first virtuoso feature, to also take the path of the école buissonnière of the cinema. These students of outdoor life become the motive and cause of a journey that is primarily an exploration of the possibilities of the production of images when freed from narrative imperatives, psychological punishments and the constraints of location finding. Here, the thirst for filming is evident, and for getting on, taking advantage of light and shade, lines suggested by everything in sight.

À propos du film
Distinctions