film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Edut
Témoignage
Testimony
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Shlomi Elkabeth

AUTEUR(S)

Ofer Ein Gal

IMAGE

David Adika

SON

Tuli Chen

MONTAGE

Joëlle Alexis

PRODUCTION / DIFFUSION

En compagnie des lamas, DGB

PARTICIPATION

CNC. Avance sur recettes

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Wild Bunch Distribution, La Maison du doc

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

C'est un voyage dans la mémoire, la conscience collective israélienne à partir d'un officier israélien : il se remémore des faits auxquels il a participé, dont il a été témoin, ou dont il a entendu parler. A travers sa conscience, les points de vues habituellement disjoints sont ramenés au sein d’un même "narrative". Ce voyage s'écrit à partir d'histoires réelles de la vie quotidienne, 20 témoignages établis après la seconde intifada. Ces histoires, les israéliens ne les entendent plus, espérant de toutes leurs forces qu'elles ne les affectent pas. Qu'elles ne touchent que "les autres", les Palestiniens. Mais quand ces dernières années les soldats israéliens ont commencé à raconter aussi, et qu’à l’évidence, tous ces récits coïncident, alors ce déni est devenu impossible. Il ne s'agit pas d'établir un point de vue de l'oppresseur qui remplacerait celui des opprimés. Les palestiniens doivent raconter eux-mêmes leurs histoires. Mais les israéliens aussi doivent se réapproprier les faits, et sortir du déni. C’est pour cela que le réalisateur, israélien , met en scène sur un plan humain le point de vue d'un officier israélien. Il renoue les actions des oppresseurs à leur impact sur les opprimés

This is a voyage, inside the memory of an Israeli officer. He remembers events he participated in, witnessed, or heard of. Through him, whereas usually apart, Palestinian citizens and Israeli soldiers stories of daily life reconnect into one single narrative. This voyage through 20 testimonies and story-tellers is rooted in daily life stories collected after the second “Intifada”. Israeli citizens, tired of the situation, pay no attention to these stories, believing/wishing it only affect “the others”- the Palestinians. But recently, Israeli officers who served during the second “Intifada” started telling their stories too–(taboo until then)-. Of course, all these stories matched. This is not an oppressor point of view who tells the story of his victims and by doing so would deprive the oppressed story. The Palestinian must tell their stories. But the one who tells his own story, by doing so, re-links the destiny of both oppressor and oppressed, and faces his own actions.

Distinctions